ouf!

Publié le par chris

 

Ouf, ça fait du bien de revoler enfin !

Je suis reparti en vol pour la semaine avec Andrew qui est tout à la fois copilote, chargé de mission à la compagnie pour tout ce qui ressort des plans de vol, des calculs de fuel, et de bien d’autres choses. Il est courtois au point de comprendre ce que je dis, habile manœuvrier, il a l’esprit aiguisé, et il aime voler.

 Fins manœuvriers, ils le sont tous dans ce pays où les vols sont plutôt ardus dès qu’on s’éloigne de la côte vers l’intérieur, où il faut savoir tout faire et où, économie oblige, les vols se font avec un seul pilote à bord, pour tout ce qui n’est pas « grand » transport commercial. Il parle un anglais que je comprends, car il a bien compris les rouages du travail en équipage. D’autres sont des « ours » habitués à travailler  seuls et à marmonner dans leur barbe.

 Nous quittons Brisbane au milieu des orages, mais ils n’ont pas cet air effrayant que certains ont en Europe ! Ou alors c’est parce que je me suis habitué depuis le temps, en particulier l’année dernière en Espagne vers les Baléares où c’était carrément dantesque certaines nuits.

 Le travail en équipage est un vrai bonheur quand on peut échanger ses points de vue et ses expériences. Nous voilà installés à 18 000 pieds, face au sud, au dessus de la couche de nuages. Je cherche la « croix du sud » et ne la trouve pas, il y a deux autres constellations juste dans le coin qui lui ressemblent. Mais je ne désespère pas. Il y a de longues nuits à venir où je n’aurai que ça à faire. La « croix du sud » mythique de tous les apprentis aviateurs, la « croix du sud » des grandes années, de Mermoz, de St Ex et des autres.. Que ceux que ça n’a jamais fait rêver lèvent la main…

 Sydney arrive à ma droite, tout se passe comme dans le livre, ça brille de partout, c’est très beau. L’escale se passe vite, et nous voilà en vol vers Melbourne où nous arrivons en retard à cause de cet éternel vent de face vers l’ouest. Le pompiste qui fait le plein me demande si je suis  allemand et je le fais rire en lui disant que je suis français, « tu sais les gars qui ont battu les Kiwis au rugby ». Ils sont ravis les Aussies, ça les fait bien rire l’exploit de notre équipe contre leur bête noire.
 
Puis c’est reparti vers Adélaïde, où nous arrivons vers 6 heures du matin, dans une tiédeur agréable. Je file à l’hôtel et dors très vite, car aujourd’hui, j’ai bien l’intention d’aller au musée voir ce qu’ils ont comme tableaux de toutes les époques. Mais les initiés savent bien ce que je suis venu chercher là.

 La dernière fois, la ville était triste et vide, mais là, je fais 500 m de plus et je me retrouve dans le quartier central où les restaurants pullulent, il y a même un marché couvert où je m’offre une petite discussion avec une baba russe qui vend des zakouskis, du hareng à la crème et d’autres babioles du même tonneau. Je salive, mais comme je vole ce soir, pas question de m’en jeter un avec un verre de vodka ! Dommage…

  Sur le boulevard extérieur, après avoir traversé le DBC local (district business center) les musées sont alignés les uns à coté des autres. La galerie d’art, comme ils disent est ouverte, gratuite et je me régale déjà. Ils ont de tout, de toutes les époques. Et salle par salle je me déguste quelques raretés. Un Francis Bacon remarquable ici, un Picasso là, quelques Delacroix, un Marc Chagall typique, de bleu et de jaune vêtu. Et tout à coup, sans que je n’y prenne garde, je me retrouve devant deux Bessie Davidson, l’un représente  une petite fille assise dans cet atelier de peinture dont nous nous souvenons, si c’est bien celui de la rue Boissonnade. La petite fille pourrait être Maman, mais non, car le tableau est de 1920 et Maman est de 22. Peut-être tante Odile ? La pièce est lumineuse, et  Bessie a représenté aux murs d’autres tableaux, qui eux même contiennent d’autres tableaux, fameuse mise en abyme que j’aime tant sur beaucoup de ses tableaux. Très émouvant. Un autre tableau représente une mère et son enfant, une amie de Bessie à Adélaïde lors de l’un de ses séjours dans son pays. J’ai fait 18 000 km plus des nuits de vol pour enfin voir ces tableaux inconnus de moi. Il y en a d’autres à Canberra, Melbourne et d’après un catalogue, il y en a Brisbane. Je retournerai donc au cultural center de Brisbane, pour vérifier cela.

     Je dévalise la boutique du musée de ses cartes postales représentant ces tableaux, le vendeur est tout surpris de cette razzia. Je lui explique que cette peintre était la marraine de ma mère, que j’ai connu Bessie quand j’étais môme, lorsqu’elle vivait à Paris et nous taillons la bavette un petit moment.

Je rentre tout guilleret à l’hôtel et roupille le reste de l’après midi, mes trésors rangés dans mon cartable, au pied du lit.

 Le soir, au terrain, un pilote de la compagnie se présente à nous. Après que je me sois présenté à lui : « Ian, from France » réponse « Peter from Poland ». Je lui réponds en Polonais, salut Piotr, comment vas-tu ? Et on se met à bavarder comme deux larrons en foire, en anglais tout de même, car mon polonais est des plus restreints. Il est arrivé ici il y a 16 ans et va se marier dans quelques jours avec une fille de …Lodz ! Il vole en monopilote sur l’avion killer, le redoutable Métro III. Les gars ici se font de ces tirées dans le désert, de nuit, sans assistance ! Chapeau, les gusses.

Le retour vers Sydney se fait les doigts dans le nez, avec 50 kts dans le dos et nous permet d’arriver avant le couvre-feu et ensuite vers Brisbane, avec une bonne pluie à l’arrivée et des nuages bas. Ma première percée complète au pays des kangourous, ça s’arrose.

 J’adore ce métier !

 Ian

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

François 30/03/2008 12:02

Fabuleux. restez y longtemps, qu'on ait le temps d'économiser pour venir vous voir.
A un de ces jours,
François

jeff clédedouze 29/10/2007 19:53

Fait ch..r ce bruit au fond du couloir.
RRRRRRRRRRRRZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ

jeff clédedouze 26/10/2007 19:26

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz !!!!!
Hein !! y a quéqu'un qui cause ???

)) LOL ;-)

René-Pierre Teindas 21/10/2007 09:52

Bonjour à vous deux,

Minus 4 ici, ciel d'azur je pars voler. Pense souvent à vous, lis vos cartes postales sans faire de bruit.
Amitiés

Michael et Karin 15/10/2007 22:08

Bonjour Christine et Jan
c#etait notre premier visite sur votre blog, recommende par Jacques Darolles.
Donc un petit mot pour dire que c'est vraiment chouette de voire de vos nouvelles commes ca..
Je comprends que ca vol bien un ATR, jespere que Christine a trouve aussi de quoi s'on occuper.
Nous attendons quelques jolies photos apparaitre sur ce site.
Ce Bucker toujours si calm dans son coin de l'hangar a Sabo.... Le pauvre.

A bien tot
Nous amities de Toulouse
Karin et Michael