Sydney et Melbourne

Publié le par chris&jan

G'day all, how are you?

Avril a fait place à l'automne et aux balades citadines en compagnie de nos amis Peter et Vonnie à Sydney, et Andrew à Melbourne. Deux week-end animés, riches en découvertes, en sensations et en fou-rire, que du bonheur! Comme souvent, Jan est à la plume et moi aux photos. Bonne lecture !


Cheers,
Chris

 

  



 
 Sydney et Melbourne se tirent la bourre, comme ailleurs Barcelone et Madrid, pour être la plus « ceci », la plus « cela ». Les habitants de chacune de ces deux splendides villes étant convaincus que leur ville est la meilleure ;-)


 

   















 
Sydney
                                                                                                            Melbourne

 Munis de leurs appareils photos, de leur carnet et de leur stylo, nos enquêteurs se sont rendus sur place  pour en savoir plus car ce n’est pas le tout d’y poser les roues furtivement toutes les nuits, encore faut il approfondir et sentir pour de vrai ce que ces deux villes ont dans le ventre.

 

 Sydney ! Son opéra mythique,


sa baie splendide et ô combien animée, ses rues qui tortillent presque, ses parcs dans la ville, ses multiples ports, ses plages, son quartier des « Rocks » et ses nombreux restaurants, son pont assez impressionnant, beaucoup plus grand quand on est en bas, en train de traverser à pied, que vu de loin (sans blague),


  ses mélanges architecturaux.

  


En train, en tram, en bus, en monorail, en taxi, en ferry, en taxi-boat, on peut aller partout et la mer, l’eau sont toujours présentes. Ici, les bateaux servent à naviguer et personne n’hésite à s’en servir. Nous étions sur un ferry qui traversait la baie, au milieu d’une foultitude d’embarcations : un escorteur de la marine manœuvrant pour entrer sur l’anse dédiée aux militaires, des centaines, je dis bien des centaines, de voiliers concourant dans différentes régates, grands coursiers classe America’s Cup, comme mini dériveurs, gros catamarans comme planches à voile, le tout encadré par les rugissements des énormes hors-bord qui font des cabrioles avec touristes effarouchés à bord. Il y a même au milieu de tout ça, des kayaks qui transitent tranquillement. Tout le monde manœuvre et respecte tout le monde, à la voile comme au moteur. 

 

 

Ici, la mer est dans la ville et les plages sont splendide et les surfeurs s’en donnent à cœur joie! Peter et Vonnie nous font découvrir celles de Coogee et Bondi à environ 1/2h de bus (qui passe de plus par des quartiers sympas) du coeur de ville  Les hydravions bourdonnent au-dessus de nos têtes (et sur l'eau), les liners survolent la baie avant de virer en finale sur Mascot, le terrain d'aviation international, bref je comprends que Christine soit emballée par cette ville si prenante.

 



  La visite de l’Opéra est captivante, sa construction a été un grand moment de persévérance et de défi pour tout le monde, politiques, financiers, ouvriers, ingénieurs et surtout pour l’architecte qui a bien failli y laisser sa réputation. Le guide est très imprégné de sa mission et de son savoir qu’il distille avec talent et gourmandise. Ici, l’Opéra est dans la ville et dans les cœurs (4,5 millions entrées par an et Sydney compte 4,2 millions d'habitants...). Quant aux chœurs, nous aurions bien aimé les entendre, mais ce sera pour une autre fois. Certes le plafond n’est pas de Chagall, mais l’acoustique a l’air au point et les programmes alléchants (théâtre, opéra, concert rock ...)

 

  


Sydney, sa vie trépidente, ses galeries de peinture, ses restaurants, ses délicieux boui-bouis asiatiques, sa mer, son soleil. Mmmmmmhhhh ! Que du bonheur.

 

Oui, mais à 700 km en ligne droite, il y a Melbourne, beaucoup plus au sud, donc au climat bien plus tempéré. De la bruine et du vent, mais aussi, et nous avons été gâté, du soleil et du soleil…

Un grand rectangle de rues alignées au cordeau, comme presque toutes les villes du continent, que nous visitons à pied et en tramway.




Mais surtout, nous retrouvons notre cher Andrew (ami de longue date et faisant pour ainsi dire parti de la famille de Christine), toujours aussi radieux, gentil et aux éclats de rire très communicatifs!  il est -à 26 ans- le journaliste-producteur  tous les WE de l’édition du journal TV du soir sur une chaîne nationale et nous a invité à assister à tout le journal en coulisse et en régie, un régal. Merci encore Andrew, c'était particulièrement intéressant! Et quel plaisir de passer du temps ensemble...


Une fois le boulot terminé, 

 nous voilà partis pour « la ville des restaurants ». Là, je dois dire que notre équipe de reporters n'a pas été déçue,  par le restaurant et l'ambiance du samedi soir et encore moins par la fin de soirée dans un excellent bar à vin... Melbourne est à la hauteur de sa réputation!



Le lendemain, il faut bien aller visiter le pays, la côte, tout ça quoi !

Le reporter-chauffeur se met en place droite du véhicule mototracté à combustion interne et hop, cap au sud-ouest vers la côte des 12 apôtres. C’est beau, c’est long, ça tourne ça, n’en finit plus, le jour avance. Au détour d’un virage, un panneau : « Scenic flights 12 Apostles »

On renifle une vague cabane, avec un Cessna 206 garé à coté, on se gratte le menton, quand arrive vers nous un gars qui, fort habilement, va du coté de la journaliste, pour nous proposer un vol en compagnie de deux autres touristes, avec réduc à la clé quand il apprend que l’un de nous deux est pilote.

Ma foi, why not pourquoi pas et tout ce genre de  choses ?

L’avion a un intérieur plutôt délabré, voire repoussant, datant d’avant la guerre (mais laquelle ?) en revanche le moteur tourne comme une horloge et ses cylindres chantent comme la messe de Guillaume de Machaut (c’est dire si c’est beau). Le gars ne ménage pas son temps et la balade de 45 mn nous emmène sur la côte que nous visions, au dessus de fantastiques rochers découpés comme des morceaux de puzzle, des parts de fromage, jaune, ocre, vert, le soleil se mettant au service de  notre photographe.


Tout simplement splendide. Et reposant, car elle n’en finissait pas cette route tortueuse mais néanmoins sympathique.

 

 

Au troisième jour de ce séjour à Melbourne, cerise sur le gâteau, visite des galeries de peinture, et repas au bord de la Yarra River, sur South Bank. Le restaurant, ensoleillé est comme son nom ne l’indique pas, calme et tranquille (son nom ? Vite Bistro, Bistro venant du russe qui veut dire Vite… tout le monde suit ?) C’est bon, c’est délicat, c’est fin et le pain a même le goût de pain.




Puis nous passons la fin de l’après midi en haut d’une des « tours de Montparnasse » locales à contempler cette région magnifique, avec sa grande baie presque fermée, son port actif, sa circulation intense et son activité …active et très commerçante.

 

 



Sydney ? Melbourne ?  C’est le choix de Sophie, impossible de trancher! Nous les aimons toutes les deux. 
A vous les studios.

Jan


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Corine 08/05/2008 18:31

super récit et superbes photos comme d'habitude,
bises à vous deux

Benoît Lesroubac 06/05/2008 23:08

merci pour ce beau voyage...

René-Pierre 06/05/2008 08:21

Pas de nouveau sujet, foutent rien, bossent plus!
On vous aimmmmmmmmmmmmmmmeeeeeeeeeeeeeeeeeee,parlez-nous!

fabienne TREBUCQ 04/05/2008 09:03

WAHOU, WHAOU, WAOUH !!!
Que du top,
Encooore,

bises,

Fabienne

Ps : Pour info aux reporters : l'été a enfin quitté l'australie pour arriver chez nous !

René-Pierre 02/05/2008 11:53

Salut Jeff!, oh! sorry salut Chris et Jan les reporters.
Bof, bof, bof...toujours aussi beau, arrêtez on va crever.